Maçon VRD : suivez le plan ... de transmission

 

Cette entreprise de travaux publics intègre régulièrement de jeunes apprentis. Le terrain lié à la transmission des savoirs est porteur. Chaque chantier est ‘‘prototypique’’ et nécessite une adaptation permanente aux différentes situations rencontrées car ce métier s’apprend sur le terrain avant tout.

De ce fait, la place de la transmission des savoir-faire d’expérience est prépondérante. L’idée est d’identifier ce que sont ces savoir-faire d’expérience, la manière dont ils se construisent et également la manière dont ils se transmettent pour le poste de maçon VRD.

Effectif : + de 1 100 salariés

Localisation géographique : Dijon (siège social)

Métier concerné : Maçon VRD

La méthode : une analyse du travail réalisée avec les professionnels du métier.

Ce qu’il en ressort : L’expérience du maçon VRD lui permet de procéder à de nombreux réglages compte-tenu de la différence qui existe entre le ‘‘théorique’’ (ce qu’on devrait trouver sur le terrain) et le réel (ce qui s’y trouve réellement).

Les observations permettent de repérer la variabilité des situations qu’il rencontre, les réponses qu’il cherche à apporter et le raisonnement qu’il met en œuvre.

Par exemple, il ajuste continuellement ses actions et notamment sa pose de bordures en fonction de différents paramètres tels que :

  • la densité de béton à déposer sur une surface donnée en lien avec la vitesse régulée du  conducteur de bétonnière (ni trop, ni trop peu de béton déposé compte-tenu des manutentions que cela nécessitera sur le plan physique et de l’impact associé en terme de coût),
  • les aléas climatiques et leur impact sur la prise du béton à un instant T mais aussi sur sa résistance au long cours (repérages visuels sur la couleur du béton et sur les indices de qualité associés), 
  • la courbe donnée à la chaussée (repérages qui se font à l’œil et qui jouent un rôle en terme d’écoulement de l’eau mais aussi de manière plus large en terme de sécurité pour les usagers de la route).

Il est porteur également de nombreux savoir-faire inhérents à la préservation de la santé et de la sécurité au travail…

Au final, la démarche permet d’identifier 11 savoir-faire d’expérience à construire et de les prioriser dans un plan d’acquisition.

Les points forts : une réflexion sur l’ensemble du dispositif de tutorat : une intégration à mettre en travail avec le rôle de chacun (du tuteur certes mais également du tutoré, un suivi qui va permettre de faire le lien sur le déroulement de la transmission, un lien avec le centre de formation à développer et une vraie réflexion engagée autour des fondements de ce poste et de la manière dont il peut être mis en avant dans le cadre des recrutements à venir).